Au printemps, ça pousse, ça pousse !

Il semblerait que notre gestion du Potager du Château ait pu quelque peu surprendre les riverains. Voici donc quelques explications, qui je l'espère rassureront certaines personnes.


"C'est pas propre, il tond jamais sa pelouse !"


Chacun sa sensibilité et son histoire, mais pour nous il est clair que nous ne considérons pas les herbes comme étant "sales". Nous comprenons qu'il soit plus facile et agréable de se promener sur une pelouse courte, mais jusqu'à présent, le Potager était fermé au public...


Le printemps est le retour à la vie, et les fleurs et graines explosent de toute part. Nous pensons qu'il est non seulement vain de vouloir lutter contre toute cette force vitale, le combat étant perdu d'avance, mais qu'il est de notre rôle de canaliser, rediriger, voire amplifier cette énergie et la mettre au service du lieu et de nos cultures.


Je vous invite à un petit travail d'imagination, en vous plaçant à l'échelle d'un insecte : une allée entre deux cultures devient une plaine, une fleur remplie de nectar devient un garde-manger, une haute tige de graminée prend les allures d'arbre centenaire.

Couper toute tige d'herbe pouvant dépasser un tant soit peu à la sortie de l'hiver, peut rapidement condamner des centaines d'espèces d'insectes à la famine, et amener ceux-ci à se ruer sur nos cultures.

Les fleurs printanières sont cruciales au moment de la sortie des premières abeilles, si précieuses à la pollinisation de nos fruitiers et autres courges.

Les hautes herbes accueilleront certains insectes comme les pucerons, évitant à ces derniers d'aller s'installer directement dans les fruitiers.

Par ailleurs, en protégeant les insectes, on attire également les oiseaux et chauve-souris, qui réguleront les insectes qui peuvent s'attaquer à nos cultures, je pense notamment au carpocapse pour les pommiers.


Enfin, le fait de laisser pousser les herbes au printemps, permet de récolter une quantité incroyable de biomasse, parfaitement gratuite, riche en azote et en minéraux, afin de fournir une couverture végétale protectrice au sol de nos planches de culture. La fin mai est une bonne période car il commence à faire suffisamment chaud, et les herbes sèchent rapidement, ce qui évite l'entrée en fermentation, facteur de pourriture et vecteur de maladies au pied de nos légumes. Ci-dessous de la tonte de gazon au pied de plants de poivron et physalis.



Nous espérons avoir pu éclaircir certaines interrogations. Nous souhaitons néanmoins signaler, que le fait d'avoir laisser pousser jusque fin mai n'est pas une négligence de notre part, mais une démarche bien comprise et assumée.

Posts récents

Voir tout

Encore un peu de patience...

Vous êtes nombreux à nous avoir contactés pour savoir si nous avions des produits en ce moment, et quand nous allions reprendre les livraisons. Il est vrai que l'hiver très pluvieux n'a pas aidé au re