L'agriculture est la combinaison de deux termes, le premier venant du grec agros signifiant terre ou champs, et le second venant du latin colĕre. Ce dernier était employé dans diverses expressions et comportait plusieurs sens : soigner, entretenir, orner, parer, s'occuper de, veiller sur, s'intéresser à, honorer, vénérer, respecter, habiter, séjourner.


Ne dit-on pas que l'on rend culte à telle divinité ? Ne dit-on pas encore cultiver une amitié, ou bien cultiver une passion ou un don ? Le sens initial me semble bien loin de "l'exploitation du sol" qu'a revêtu l'agriculture moderne...


Lorsque nous avons repris le Potager du Château de Challain, le Maire Monsieur Faure nous a expliqué que ce lieu avait été organisé selon la Croix d'Anjou, et dessinait donc une croix à deux branches horizontales comme la Croix de Lorraine. Il nous avait d'ailleurs indiqué qu'historiquement la Croix de Lorraine venait en fait de l'Anjou, ce qui a éveillé ma curiosité.


Cette croix à double traverse représente la croix du Christ surmontée du Titulus Crucis, planche sur laquelle avait été marquée "Jésus le Nazaréen, roi des Juifs". Cette croix, appelée la vraie croix, est considérée comme une relique, dont plusieurs fragments sont entrés en Anjou en 1244 et sont encore conservés aujourd'hui à Baugé dans le Maine-et-Loire.


Au travers de divers mariages dans l'Histoire mêlant les royaumes de Hongrie, de Naples et de la maison d'Anjou-Sicile, le roi René d'Anjou hérita de tous ces royaumes, et de la fameuse croix par la même occasion. On retrouve encore cette croix aujourd'hui sur les armoiries de la Hongrie, la Slovaquie, la Lituanie et le Maine-et-Loire. Quant à la Lorraine, c'est suite au mariage de Yolande d'Anjou, fille du roi René, que le Duché de Lorraine reçu le droit d'utiliser la croix dans ses armoiries. Cette croix sera bien entendu rendue célèbre par le Général de Gaulle qui en fit un symbole de la Résistance.


C'est grâce au roi René, et à son héritage, que notre région connaît un grand nombre d'abricots, à l'époque appelés prunes d'Arménie. (et aussi certainement grâce à la douceur angevine !). En effet, c'est lui qui les fit parvenir depuis son royaume de Naples via la Loire. L'autre souche d'implantation de l'abricot se trouve dans la région du Roussillon, via l'Espagne. Quelle ne fut pas ma surprise, lorsque je découvris tous ces abricotiers en Anjou, alors qu'ils sont pratiquement absents de mon Berry natal, et alors que pour moi, ces fruits délicieux restaient une douceur de vacances de mon enfance passée chez mes grands-parents, près de Béziers.


"Cultivons notre jardin", disait un certain Candide. Et si cela signifiait également s'intéresser à l'endroit où nous habitons ?



David










P.S. : "Jésus le Nazaréen, roi des Juifs" ou "Iesus Nazarenus, Rex Ivdaerum" que l'on retrouve sur les tableaux ou les statues par "INRI", hahaha A une lettre près :)



Quel beau temps pour cette fin de mars, qui a pourtant été suivie par la gelé tardive du début d'avril.

J'espère qu'il n'y a pas eu trop de dégâts sur vos fruitiers car les nôtres (surtout les kiwis nouvellement plantés) ont eu un coup de grêle avec la gelé derrière. Leurs feuilles sont toutes jaunies, séchées, et tombées.


Pendant ces quatre semaines, pleine à la fois de délices et d'angoisses :


Le 19 mars, notre cuve du puits est percée et irréparable. Le temps qu'on demande un devis pour le changement de cuve, qu'on a su que la cuve n'est pas en stock mais une autre modèle coûte 300 euros plus cher, qu'on refait un devis par un autre artisan, et enfin tombé sur un gentil monsieur qui est venu le samedi 13 avril nous la changer très rapidement.


Entre-temps tout arrosage à l'ancienne : les arrosoir avec l'eau de pluie récupérée.

Malgré cet inattendu, nos plants poussent tranquillement dans la pépinière, contrairement aux carottes en plein champs. (Ce ne sera vraiment pas une année à carotte pour nous...)


346 pieds de tomates repiqués dont 153 pieds transplantés dans la serre, 285 pieds d'aubergine et 211 pieds de poivron/piment repiqués en godet.


Aussi des courgettes et des concombres sont plantés dans la serre, des fenouils, betteraves, oignons sont plantés en plein champs.


Le 26 mars on a fini tailler au potager du château. Cela nous a pris 3 semaines environ (10 arbres par jours). Je vais y prendre quelques photos pour le prochain article.



Bien sûr en dehors de notre travail assez chargé, on n'a pas oublié d'admirer les paysages magnifiques de ce printemps. Les bourgeons éclosent, les fleurs s'épanouissent, les insectes sortent de leurs nids... On entend sous un cerisier ou un prunier, les bourdonnements d'essaims, et on voie les petites butineuses avec les boules de pollen sur leurs pattes.



La Cétoine grise sur les fleurs de prunellier.


Une guêpe est en train de construire son nid sur le tuteur de pommier.

(Le pommier est grillagé à cause de plusieurs passages de lapin.)


Et les chats jouent avec la voile de forçage.

Maintenant on sait qui a invité les altises dans les tunnels des brassicacées.


Joyeux printemps à tous !



Les bourgeons ont commencé à s'ouvrir au jardin Inari. Sur la photo ci-dessus, ce sont les arbres qu'on a planté en 2017 et 2018. Le pêcher avec les jolies fleurs rose pâle, les feuilles de kiwi poilues, et les boutons de fleur de cerisier et de nashi.


Aujourd'hui le 17 mars, on a eu 5mm de pluie en seulement 1 heure et demie!

L'orientation du vent va changer normalement à partir de la semaine prochaine et ça veut dire qu'il y aura moins de vent, moins de pluie, et plus de soleil pour la fin de mars!


Pendant ces 4 semaines, on a semé les solanacées (tomate, poivron, aubergine), planté les patates sous paille et les oignons en plein champs.


On a continué à transplanter les plants de chou, de blette, de laitue qui sont prêts.

Les carottes qu'on a semé en février se lèvent très mal, avec 2 fois de suite des levées irrégulières, c'est le moment de contrôler notre semoir, et de changer la variété de graine.



Sous serre, les patates sont sorties, les blettes ont grandi !

De l'autre côté... les fleurs des choux servent à donner un bon parfum et décorent joliment les assiettes.



Au potager, on taille et on retaille !

Il ne nous reste qu'une cinquantaine d'arbres à tailler (sur plus de 200).

Besoin une petite sieste... ZZZ


Bonne semaine à tous.